Charles Burns - Exposition monographique

Charles Burns, l'un des auteurs majeur du 9e Art, exposé à Colomiers le 12 octobre à 11h au Pavillon Blanc Henri-Molina.

Dernière mise à jour : 22/07/2019

Lieu : Pavillon Blanc Henri-Molina - Centre d'art

Dates : 12 octobre 2019 au 4 janvier 2020

Partenariat : La Galerie Martel, Paris et les éditions Cornélius

Scénographie: Louisa Decq

Cette exposition est menée en collaboration avec la Galerie Martel et les Editions Cornelius, à l’occasion de la sortie nationale de son nouvel album,  Dédales, le 10 octobre 2019.

Né en 1955 à Philadelphie, révélé dans la mythique revue d’avant-garde Raw, Charles Burns est devenu l’un des auteurs majeurs du 9e Art. Son exposition mise en espace par la scénographe Louisa Decq, propose de découvrir toute la puissance de ses visions intérieures et fantastiques. Reconnaissable entre tous avec son style précis et haché qui emprunte aux comics et à la ligne claire, le centre d’art de Colomiers lui consacre une exposition en forme de galerie de portraits – une exposition associée au programme de la 33è édition du festival BD de Colomiers. Entre les scènes et figures issues des dessins rassemblés dans Love Nest, le personnage de Doug associé aux apparitions de son père et de son fils, les personnages de Sarah, Nicky et d’autres dans la trilogie Nit Nit (Toxic, La Ruche et Calavera), les figures adolescentes de Black hole ou encore les personnages de Big Baby et El Borbah, l’univers de Charles Burns fait apparaitre des familles, des gueules et des sujets obsessionnels tels que la sexualité et la transformation des corps, la filiation et le désir. C’est cette généalogie de l’étrange que l’exposition se propose d’explorer en proposant une sélection d’images et de portraits, des rapprochements entre les personnages de différents album et une mise en scène qui conjugue des dessins originaux et des reproductions. Par son style graphique et par les motifs d’une œuvre ténébreuse et sensuelle – le fantastique, les cauchemars, la sexualité, l’adolescence et la métamorphose, son art pourrait aussi bien être comparé au maitre du clair-obscur Georges de La Tour qu’au maitre de l’étrange, David Cronenberg.

Charles Burns est représenté en France par la galerie Martel à Paris et publié par les Éditions Cornélius basées à Bordeaux, partenaires de l’exposition à Colomiers. www.galeriemartel.com  - www.cornelius.fr

« Charles Burns grandit dans les années 1960, sous l’influence du magazine satirique Mad, des films de monstres de Roger Corman et des séries à suspense que commence alors à proposer la télévision. On retrouvera ces sources d’inspiration dans son style étrange et immédiatement identifiable, fait de froideur et de sensualité, de hachures crantées et de noirs poisseux. C’est en 1981, au hasard d’une séance de zapping qu’il découvre à la télé un catcheur mexicain dont il s’inspire pour créer son héros le plus fameux, le patibulaire et sympathique El Borbah. Révélé dans les pages de Raw , la mythique revue d’avant-garde dirigée par Art Spiegelman et Françoise Mouly, Charles Burns devient en quelques années l’un des auteurs majeurs du 9e Art. Se partageant entre l’illustration et la bande dessinée, il s’est fait, avec des œuvres comme Big Baby et Black Hole, le chroniqueur d’une Amérique plus proche des Enfers que du Purgatoire. » Editions Cornélius, biographie de l’auteur présentée en 2è de couverte de Big Baby.

 

CHARLES BURNS grandit dans les années 1960, sous l’influence du magazine satirique Mad, des films de monstres de Roger Corman et des séries à suspense que commence alors à proposer la télévision. On retrouvera ces sources d’inspiration dans son style étrange et immédiatement identifiable, fait de froideur et de sensualité, de hachures crantées et de noirs poisseux. C’est en 1981, au hasard d’une séance de zapping qu’il découvre à la télé un catcheur mexicain dont il s’inspire pour créer son héros le plus fameux, le patibulaire et sympathique El Borbah. Révélé dans les pages de Raw, la mythique revue d’avant-garde dirigée par Art Spiegelman et Françoise Mouly, Charles Burns devient en quelques années l’un des auteurs majeurs du 9e Art. Se partageant entre l’illustration et la bande dessinée, il s’est fait, avec des oeuvres comme Big Baby et Black Hole, le chroniqueur d’une Amérique plus proche des Enfers que du Purgatoire.

LOUISA DECQ est scénographe, diplômée de l’ENSCI en 2018.

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?

Contact