Artiste en résidence

L'artiste bande-dessinée actuellement en résidence dans la ville de Colomiers.

Dernière mise à jour : 13/12/2018

Noémie Honein, nouvelle autrice BD en résidence à Colomiers Septembre à décembre 2018

Noémie Honein, l’empathie au bout du crayon

Aux Fenassiers, les artistes se succèdent au rythme des saisons. Les derniers beaux jours de septembre coïncident en effet avec le lancement de la traditionnelle résidence d’artiste BD et l’installation d’un nouveau locataire au numéro 1 cité des Fenassiers. Entre septembre et décembre, les citoyens columérins vont donc partager le quotidien de Noémie Honein, une jeune illustratrice venue directement de Beyrouth, au Liban.

Malgré son âge relativement jeune, 25 ans, Noémie est déjà une artiste accomplie. Depuis l’obtention de son diplôme à l’Académie Libanaise des Beaux-Arts en 2017, elle a participé à 2 résidences d’artistes (à Angoulême) et publié un livre jeunesse aux éditions Samir (« Des lettres sous la porte », disponible à l’emprunt en français et en arabe au Pavillon Blanc). Mais le projet qui occupe Noémie depuis plusieurs années c’est un roman graphique racontant la difficile expérience qu’elle a vécu il y a quelques années.

« En 2014, alors que je préparais ma licence en Arts Graphiques, on me diagnostique un lymphome de Hodgkin, une forme de cancer qui touche le système immunitaire. Cette maladie me coupe de toute activité créative. Lorsqu’arrive la rémission, après de long mois de traitement, je suis psychologiquement affaiblie. Je reprends les crayons avec l’intime conviction qu’il me faut raconter cette expérience pour avancer dans ma vie et dans mon travail ».

Mais pas question de s’apitoyer avec un récit dramatique ou dramatisant. Le projet de Noémie est d’écrire un récit d’autofiction centré autour de la transmission d’un vécu authentique. « Je voulais aborder le cancer non pas comme un thème monolithique mais comme une mosaïque de récits annexes. On y trouve ainsi la chronique d'une famille, une histoire d’amour mais aussi le récit d’un voyage… celui de la découverte et de la reconstruction de soi après un traumatisme ».

Pour raconter son histoire, Noémie a eu recours aux traditionnels crayons de couleur : un outil de travail qui lui permet de retranscrire de manière très graphique la multitude d’émotions que peut ressentir l’être humain. Mais en véritable artiste touche-à-tout, elle n’a pas pu s’empêcher de s’essayer avec brio à d’autres disciplines (graphisme, muralisme, sérigraphie, dessin sur textile…).

Cette curiosité naturelle, Noémie va essayer de la transmettre au public columérin grâce à ses ateliers en milieu scolaire et son projet participatif qui mélange dessin et… cuisine. « L’idée est d’inviter le public à mieux se connaitre pour ensuite se valoriser mutuellement dans de petites histoires dessinées ».

Parce qu’au fond, comme se le demande notre illustratrice libanaise, « quoi de mieux que la cuisine pour pousser les gens à se trouver des points communs plutôt que des différences » ?

https://www.instagram.com/noemiemh/?hl=fr

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?